LIQUETTE de Alexandre Desrousseaux (?) (1820-1892)

LIQUETTE.

Air nouveau de l’auteur

J'ai d' l'amour pour eun' fillette.

Ch' est point pour Mari'-Zabette

Magré qu'elle a des gros sous ;

Ch'est point pou l' fille à Gros-Jacques,

 Qui m' a donne des œués d' pâques,

Des chériche' et des croq' -poux;

Incor moins pour cheull' crass' veufe

Qui met min cœur à l'épreufe

In m' faijant ses yeux gadoux....


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

 Faire un p'tit tour à Lomm'let.


Ah! ch'est eun' fill' sans parelle !

On n'in vot point d' aussi bielle

Sur Plachett’ ni su l’Réduit.

Ses deux yeux, quand ell' vous r'vette,

Ont l'air d'eun' gross' mourmoulette

Qui nage au-d'sus d' l'iau qui l'cuit;

Ses dints sont couleur d'ivoire,

Et ses ch' veux, vous pouvez !m' croire,

Noirs comme un angnon confit....


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

 Faire un p'tit tour à Lomm'let.


On f’rot l’tour des six paroisses,

Avant d' trouver des grivoisses

Avec un si bon bagou.

Et su ch' point-la, les r'vind'resses,

Les r'passeusse' et les buresses , .

Près d’elle n' sont point l' pérou.

Aussi, quand ell' se dispute,

On poursuit l'aut' dins s' cahute,

ln criant: Ehou!éhou!!


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

 Faire un p'tit tour à Lomm'let.


Mais tout cha l' rind difficile.

Croirez-vous qu' cheuIl' drol' de fille

 N' veut qu' d'un amoureux d' six pieds?

 Elle a r' fuse faut’ de talle,

Un des pus grands marchands d' palle.

Deux cordonniers, tros tripiers,

Quat’ fab ricants d’alleumettes,

Chinq marchands d' lit' à roulettes,

Six tailleur' et siept fripiers!


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

 Faire un p'tit tour à Lomm'let.


Ell' a, chin qui m' désespere,

Un cœur pus dur que copierre.

Quand j' li par1e d' nous m’arier,

Ell' me vett' d'un air tout drole,

Et m' dit : Vous ,,'nez qu'à m'n épaule,

Et vous n'et' s qu'un p' tit filtier !...

Vous d'vez bien savoir, Prud'homme,

Qu' je n' vodros jamais d'un homme

Comme eun' bott' de cavalier!


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

 Faire un p'tit tour à Lomm'let.


Faut l'vir quand elle est à l' danse:

On dirot, veyant s' prestance,

L' tambour-major des Hurlus.

Aprés, v'là qu'elle se dérate,

Car elle fait comme au théâte,

Des écarts, des j'tés-battus,

Des balonnets, des courbettes,

Des mouch'tés, des pirouettes,

Des pas d' bouré', des saluts.


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

Faire un p'tit tour à Lomm'let.


Dins les noce' et les l" vidiaches

Ell' rind tous les gins hénaches

ln cantant des biaux morciaux.

I n'y-a point d' danger qu'ell' triche,

Car elle porot faire du piche

Au pus malin des ojeaux;

Un d' fini, n'in v'là deux autes,

Ell' sait comm' ses paternotes,

Tous les canchons d'Desroussiaux!


Ch'est Liquette,

Qui tourne m' tiete,

Et qui m' forchera d'aller

Faire un p'tit tour à Lomm'let.