LA RECONVERSION

Publié le par pdeconstanza

LA RECONVERSION

 

 Le 31 décembre 1971 les frères Hospitaliers quittent l’hôpital après 146 ans de présence. Une convention est passée entre la société civile de Saint Jean de Dieu et l’Association d’Action Sanitaire et Sociale de la Région Lilloise qui va assurer la gestion de l’établissement jusqu’en 1975.

Conclusion

Nous  avons pu exposer certains éléments concernant la vie au quotidien des malades et des personnes s’en occupant même si l’on ne trouve que des données se rapportant aux frères hospitaliers , quelque fois aux médecins mais rarement aux autres personnels présents. Ceci à travers les éléments apportés par le règlement intérieur de 1853. L’abbé Gustave Laforge, aumônier, fut le  rédacteur de notes inscrites dans son cahier-mémoire ayant permis la reconstitution des évènements s’étant déroulés pendant  la période 1925 –1948 est mort le 29 juin en 1949. D’autres textes et photos illustrent ce manuscrit qui s’arrête volontairement le 31 décembre 1971. la période suivante semble aussi passionnante pour comprendre l’évolution actuelle de notre établissement

 

Le 4 mai 1972 est adoptée la carte hospitalière psychiatrique par le Conseil Général. Cinq secteurs (sur 40 ) de psychiatrie générale et deux de psychiatrie infanto juvénile (sur douze) sont attribués à Lommelet.

En  1972 le secteur de Lomme ( Lomme - Lambersart- Saint André- Lompret -Verlinghem)

en 1974 les 5 quatre secteurs de Roubaix y sont adjoints.

 

Roubaix centre

Roubaix Croix Wasquehal

Roubaix Wattrelos Leers

Roubaix Hem Lys les Lannoy

Les doutes

Au début de la sectorisation. les services de soins ont en charge à la fois les patients du Nord et ceux de Pas de Calais notamment ceux hospitalisés depuis longtemps ou les invalides. Cette situation freine la mise en place effective du développement de la sectorisation.

 

Au bout de deux ans , le statut juridique de l'hôpital n'a pas évolué et les organisations syndicales s'en inquiètent.  La situation de Lommelet est évoquée par le député du Nord Mr HASEBROUCK auprès du ministre de la Santé le 16 février 1974.

Début janvier 1974, les syndicats sont informés que le statut des hôpitaux privés faisant fonction de publics seront examinés par la Direction des Hôpitaux.

Au mois d'octobre 1974, aucune décision n'étant annoncée, une grève est déclenchée. Elle durera pendant quarante jours, avec occupation des locaux.

D'autres éléments permettent de comprendre les appréhensions du personnel. D'abord les craintes quant au maintien de l'emploi. Il semble possible que lorsque le développement des secteurs du Pas de Calais sera terminé, l 'hôpital pourra envisager une baisse des effectifs ( ceci avait déjà été envisagé en 1971 avec un projet de licenciement de 40 élèves infirmiers). D'autre part les difficultés de trésorerie font craindre ml non payement des salaires. Enfin la sectorisation amène un changement craint dans les conditions de travail des soignants.

Les syndicats CGT et CFDT reprennent ces peurs du personnel ainsi que la crainte que l'établissement soit cédé au privé au détriment de la sécurité sociale. Le durcissement de la grève conduit au blocage de l'établissement et à l'interruption temporaires des admissions.

Des soignants opposés à certaines actions créé un comité de vigilance qui conduira à la création d'une section du syndicat Force Ouvrière sur le site. Les médecins chefs interpellent à leur tour le Conseil Général et le Ministère de la Santé pour que les problèmes de cet hôpital soient pris en considération.

Il s'ensuit que la société civile des Frères souhaitent vendre Lommelet mais l'ASSSRL n'a pas les moyens d'acheter. Un emprunt est demandé à la Caisse des Dépôts et Consignation pour une somme de 21 100000 francs. Toutefois, la garantie de cet emprunt est refusée par le Conseil Général qui propose que ce soit le département qui réalise l'achat

Le 1 janvier 1976, le département acquiert l'établissement et créé une association régit par la loi de 1901 afin d'en assurer la gestion. Pendant ce temps, de 1976 à 1980 la mise en place de la sectorisation se poursuit.

On peut noter la répartition des 900 malades en fonction de leur département d'origine sachant qu'en 1974 sur 1100 seuls 72 personnes soignées étaient originaires du Nord.

 

Pas de Calais: 435 hommes et 145 femmes soit 580 patients

Nord: 195 hommes et 125 femmes soit 320 patients.

 

Effectif du personnel 31/12 1979

820 personnes

.

Services administratifs

-

44

-

Personnel médical

-

52

-

Personnel ferme

.

6

-

Services économiques et général

-

108

-

Personnel soignant

-

605

 

 

 

Publié dans LOMMELET

Commenter cet article